Titres extraits de la bande originale du film

LA SYMPHONIE DES ÂMES

Du fracas des combats à la paix intérieure

Avant de se manifester sous forme de guerres, de luttes, de tensions, de crises ou de déchirements relationnels, le combat prend naissance en chacun.
Depuis des siècles, un conditionnement collectif incite à s’enfermer dans la peur de l’autre, du manque, du vide et du changement. En raison de l’illusion induite par le décor ambiant, la tentation de chercher à l’extérieur des remèdes à l’adversité et à la souffrance est forte et permanente. Pourtant, seule la capacité à identifier et dissoudre en soi les émotions cristallisées et croyances erronées permet de n’en plus subir leurs effets dévastateurs.
A travers le récit particulièrement inspirant d’une multitude d’expériences vécues, ce livre nous invite à retrouver la jouissance de notre état naturel, libéré de ces sentiments de vulnérabilité, d’inutilité, de culpabilité et d’impuissance qui nous submergent si souvent. Par son approche à la fois globale et profonde de la Vie et son éclairage très pragmatique des peurs, du doute et de la violence faite à soi-même ou autrui, il nous montre une voie simple, directe et épurée vers la joie, l’amour véritable, l’harmonie et la paix intérieure.

COMMANDER

LE FEU DE L’ESPRIT

L’ultime effort est de n’en faire aucun

Défendre une identité nécessite des efforts considérables. Être juste soi, absolument aucun…
Lâcher-prise, détachement, ouverture, acceptation, pardon et autres démarches de « mieux-être » – bien qu’utiles pour jouir de davantage de fluidité au quotidien – ne correspondent qu’à d’éphémères décontractions de l’ego qui, pour conserver un semblant de pouvoir et de contrôle sur l’existence, revêt au fil du temps une apparence « spirituelle ». Maintenir la brillance de ce fragile vernis devient un défi supplémentaire, à la fois permanent et épuisant.
Un « développement personnel », au sens strict du terme, n’est donc pas l’objet de ce livre. En effet, tout ce qui peut être agrandi peut être rétréci, or le Soi, l’Esprit – impersonnel par essence – n’est pas sujet à ces variations quantitatives et qualitatives. Ce qui ici est nommé « Esprit » désigne notre conscience originelle. Elle est pure, intemporelle, infiniment aimante et exempte de tout dogme,
courant, imprégnation individuelle ou mémoire d’aucune sorte.
Tout en ramenant à la simplicité, à l’essentiel, au coeur, Le Feu de l’Esprit nous montre l’inanité des quêtes de soi requérant de longs apprentissages et de lourds sacrifices ou comportant l’idée d’étapes, de dépassement, de performance, d’objectif, de réussite et d’échec. Jusqu’à ce que le concept même de quête, en définitive, nous apparaisse complètement saugrenu…
Puisque nous n’avons jamais cessé d’être ce que nous sommes vraiment mais juste feint de l’oublier, nous abandonner à ce Feu de l’Esprit n’exige rien. Et le plus grand des paradoxes de se révéler ainsi : c’est seulement lorsque cesse notre dernier effort tenté pour vivre l’unité que nous pouvons enfin la réaliser.

COMMANDER

UNIVERS SANDY OCTAVIA

Site internet de Sandy-Octavia Plouvier, créatrice des images du court-métrage d’introduction de CE QUE NOUS SOMMES

VISITER
©2018 WHATWEARE – Mentions légales